L’Ensemble Baroque de Nice invite régulièrement des solistes, artistes lyriques et instrumentistes, pour aborder le répertoire baroque et en restituer la musicalité, en se fondant sur les traités d’interprétation des XVIIe et XVIIIe siècles.

Écrit pour l’Ospedale della Pietà en 1716, l’oratorio Juditha Triumphans est peut-être l’oeuvre dramatique la plus accomplie d’Antonio Vivaldi

Lila Hajosi, mezzo-soprano

9 Musiciens

C’est aussi le seul oratorio du compositeur qui nous soit parvenu. Affranchi des contraintes scéniques et des impératifs financiers des opéras qu’il écrit par ailleurs, Vivaldi offre avec la Juditha une oeuvre particulièrement soignée et inventive. L’instrumentarium est riche et très original : on note la présence de mandolines et de violes all’inglese, instrument que Vivaldi enseigne à l’Ospedale. Durant plus de deux heures, les voix, exclusivement féminines, rivalisent d’une virtuosité qui sert toujours l’action dramatique.
La jeune mezzo-soprano Lila Hajosi, accompagnée de l’Ensemble Baroque de Nice, interprète notamment les airs du rôle-titre.
Habituée des répertoires des XVIIe et XVIIIe siècles, elle nous fait découvrir la complexité du personnage de Judith : expressivité, doute, force, résignation.

Programme

Ensemble Baroque de Nice

Lila Hajosi, mezzo-soprano
Gilbert Bezzina, violon & direction
Gilles Thomé, chalumeau
Colin Heller, violon-mandoline-viole d’amour
Catherine Hallot, Myriam Mahnane, altos
Daniele Bovo, violoncelle
Vera Elliott, clavecin
Sergio Basilico, théorbe

Programme

Première partie
1. Concerto pour cordes RV 224
2. « Qocum patriae me ducit amore »
3. « Quanto magis generosa »
4. Fantasia pour chalumeau
5. « Inter convivia et dapes »
6. « Agitata infido flatu »

Deuxième partie
8. Concerto pour cordes RV 159
9. « Transit aetas »
10. « Vivat in pace »
11. Concerto pour viole d’amour RV 392
12. « In somno profundo »
13. “Impii indigni tyranni”

Tout est musique et plaisir dans la Venise du XVIIIe siècle

Camille Poul, soprano

6 Musiciens

Depuis la Renaissance, Venise émerveille les voyageurs. Ses beautés architecturales et sa singularité politique, économique et artistique semblent frapper quiconque y séjourne.

Venise regorge de luthiers et de musiciens de premier plan. Parmi les institutions de la Sérénissime, l’Ospedale della Pietà, hospice fondé pour recueillir les enfants abandonnés, forme les jeunes filles à l’excellence vocale et instrumentale. C’est là que Johann Rosenmüller est compositeur de 1678 à 1682. Dès 1703, Vivaldi y exerce à différents titres, ce qui lui procurera un cadre stable et sécurisant pour y développer son art.

Si Antonio Vivaldi est aujourd’hui reconnu pour sa musique instrumentale et ses opéras, il a aussi laissé une cinquantaine de pièces sacrées.

L’Ensemble Baroque de Nice tisse un écrin pour la voix de Camille Poul et son sens de la ligne. Ainsi, les pièces à voix seule sont entourées de quelques-unes des plus belles sonates du Vénitien et du Saxon.

Programme

Ensemble Baroque de Nice

Camille Poul, soprano
Gilbert Bezzina, violon & direction
Myriam Mahnane, violon
Laura Corolla, alto
Daniele Bovo, violoncelle
Sergio Basilico, théorbe
Vera Elliott, clavecin

Programme

Johann Rosenmüller

Sonate n° 8
Aeternae Deus
Das ist meine Freude

Antonio Vivaldi

Sonates RV 6 & RV64
Motet Nulla in mundo
Cantate Perchè son molli

Un concert original et réjouissant !

Philippe Cantor, récitant & baryton

5 Musiciens

Les amateurs de musique baroque n’ignorent pas que les œuvres lyriques de l’époque ne dédaignent pas les allusions lestes et les situations grivoises voire paillardes.

C’est dans cet esprit que L’Ensemble Baroque de Nice et le baryton Philippe Cantor, bien connu de la scène internationale, vous invite à découvrir le langage frivole d’ « Actéon », cantate burlesque de M. Gervais, et à vous laissez enivrer par Bacchus et « l’Automne », extrait des quatre saisons de Joseph Bodin de Boismortier.

 

Programme

Ensemble Baroque de Nice

Philippe Cantor, baryton – basse
Gilbert Bezzina, violon et direction
Laura Corolla, violon
Daniele Bovo, violoncelle
Sergio Basilico, théorbe
Vera Elliott, clavecin

Programme

Mr Gervais

Actéon cantate burlesque

Michel Corrette

Suite pour deux violons
Parodie sur les « Folies d’Espagne » : « Le con et la bouteille »

Joseph Bodin de Boismortier

Extrait des quatre saisons « L’Automne » et Bacchus

Une œuvre que l’on ne se lasse pas de réentendre, dans l’interprétation toujours renouvelée de Gilbert Bezzina et son Ensemble Baroque de Nice.

10 Musiciens

Hommage à la nature et au déroulement des saisons, les célèbres Quattro stagioni sont composées sur quatre sonnets écrits par Vivaldi : traversées par tous les vents, Zéphyr, Borée et Sirocco, on y croise aussi nymphes et bergers, dans une pastorale imagée et descriptive d’une grande poésie.

Programme

Ensemble Baroque de Nice

Gilbert Bezzina, violon & direction
Jaroslaw Adamus, Marc Bussa, Laura Corolla, Myriam Mahnane, violons
Elisa Imbalzano, alto
Daniele Bovo, violoncelle
Roberto Massetti, contrebasse
Vera Elliott, clavecin
Sergio Basilico, théorbe

Programme

Antonio Vivaldi (1678-1741)

Concerto en ré majeur op. 12 n° 3 RV 124

Allegro – Grave – Allegro

Les Quatre Saisons. Il cimento dell’ Armonia e dell’ Inventione. Op. 8 n° 1 à 4

La Primavera

Allegro – Largo – Allegro

Estate

Allegro non molto – Adagio – Presto

Concerto en la majeur RV 159

Allegro – Adagio – Allegro

Autumno

Allegro – Adagio – Allegro

L’Inverno

Allegro non molto – Largo – Allegro

Rome, creuset des arts et du pouvoir temporel et spirituel. Rome où les puissants d’Europe et les nombreux cardinaux rivalisent en mécènes des arts.

10 Musiciens

C’est à Rome que Corelli compose la plupart de ses chefs-d’œuvre instrumentaux. C’est dans cette ville que le jeune Haendel gagne aisance et reconnaissance : Corelli dirige pour lui La Resurrezione en 1708, le Prince Ruspoli l’héberge et le soutient, de puissants cardinaux l’accueillent avec enthousiasme et écrivent pour ses œuvres. On doit notamment au cardinal Pietro Ottoboni des textes de cantates et au cardinal Benedetto Pamphilj le livret d’Il Trionfo del Tempo e del Disinganno.

L’Ensemble Baroque de Nice interprète ici une sélection de concerti grossi, ce style précurseur de la musique orchestrale que Corelli portera à des sommets de raffinement.

Quant à ceux de Haendel, ils furent composés à Londres en 1740, ville où Corelli laissera aussi une empreinte à nulle autre pareille, et ce, jusqu’au XIXe siècle.

Programme

Ensemble Baroque de Nice

Gilbert Bezzina, violon & direction
Jaroslaw Adamus, Marc Bussa, Myriam Mahnane, Marie-Agnès Le Tellier, violons
Catherine Hallot, alto
Daniele Bovo, violoncelle
Roberto Massetti, contrebasse
Vera Elliott, clavecin
Sergio Basilico, théorbe

Programme

Arcangelo Corelli

Concerti grossi op. 6 n° 1, 3 et 8

Georg Friedrich Haendel

Concerti grossi op. 6 n° 7, 9 et 11

La suite, composée de mouvements de danse, trouve en Couperin un de ses éminents représentants.

6 Musiciens

Le brillant recueil Les Goûts réunis ou Nouveaux concerts royaux rassemble des suites jouées pour le roi Louis XIV entre 1714 et 1715 lors de petits concerts de chambre et fut publié une dizaine d’années plus tard.

Amateur de pièces de caractère, libres et imagées, Couperin nous livre dans son 9e concert, Ritratto dell’Amore, un « Portrait de l’Amour », où est évoqué l’amour à la française, mâtiné d’incartades italiennes – le charme, les grâces, la fierté ou la douceur, et cætera. En regard, le 8e concert « dans le goût théâtral » se déroule comme un petit opéra sans paroles, de la grandiloquence de l’ouverture à la française à la tendresse des airs, jusqu’à la vivacité d’un air de Baccantes.

Le 11e concert est quant à lui une suite de danses, où l’on retrouve allemande, courante, sarabande, gigue, rondeau, où les cordes et les vents de l’Ensemble Baroque de Nice apportent toutes leurs nuances de couleurs.

Programme

Ensemble Baroque de Nice

Gilbert Bezzina, violon
Christophe Mazeaud, haubtbois & flûte à bec
Michelle Rodriguez, flûte
Christine Plubeau, viole de gambe
Vera Elliott, clavecin
Sergio Basilico, théorbe

 

Programme

J François Couperin (1668-1733)

Les Goûts réunis ou Nouveaux concerts royaux
Huitième concert dans le goût théâtral.
Neuvième concert intitulé Ritratto dell’Amore
Onzième concert